Langage du Mootland

Warhammer V1 & V2 n’ont pas grand chose sur les halfelings (ou halflings en anglais ce qui a plus de sens déjà, ou semi-hommes en bon français), et le Mootland. Il existe un supplément amateur (dont on aime le contenu un peu over-the-top et très Seigneur des anneaux, ou pas selon ses goûts) mais sinon c’est un peu le désert. En particulier sur la langue halfeling, décrite comme étant une variation du reikspiel impérial avec des mots inventés depuis tellement longtemps qu’elle n’est plus compréhensible par autrui.

Pour la couleur locale, ou mettre un peu de chant et de féérie dans les dialogues d’un halfeling de Warhammer, j’ai trouvé que l’on pouvait s’inspirer des langues de Lewis Carroll (enfin dans notre cas des traductions), en particulier des nombreux mots-valise qu’il a inventé.

Par exemple son poème Jabberwocky, qui donne des strophes de ce type :

Il était reveneure ; les slictueux toves
Sur l’alloinde gyraient et vriblaient ;
Tout flivoreux étaient les borogoves
Les vergons fourgus bourniflaient.

qui semble bien correspondre au langage décrit. Joueur, on entend le sourire de celui qui le parle ce qui est bien dans le « ton » halfeling, on comprend bien que c’est quelque part du reikspiel (enfin du français autour de la table), mais on ne comprend pas vraiment ce qui est dit.

Il y a de la matière à puiser, un style à copier, et des dizaines de traductions pour s’aider à créer. Une vraie petite mine d’or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *