KAMB : quoi être un kobold ?

Selon le grand sage Fergulbarq, les kobolds sont la plus grande menace pour l’humanité depuis la peste noire. Une innombrable horde ravageante (si, c’est français) et sans peur de bestioles en fait extrêmement gouteuses quand grillées et servies avec une sauce secrète. Fergulbarq était bien sur un fou complet* (sauf sur l’histoire des kobolds grillés, miam).

Kobolds Ate My Baby! logo

Honnêtement, Ze koboldles kobolds sont une race totalement insignifiante de petits humanoïdes canins** avec peu de qualités pour changer cela. Les plus nuls des nuls, les kobolds sont faibles, stupides, sales, des petits chieurs cannibales qui mènent une courte vie brutale et idiote. À part s’engager comme chair à canon dans une armée de Mâââl ou servir de laquais pour des sorciers avides de pouvoir (et fort chiches), les kobolds ont peu à offrir au monde sauf comme cuisiniers – heu, comme ingrédients de cuisines plutôt en fait. Comme on l’a sous entendu plus tôt, les kobolds sont bien miam accompagnés d’une salade verte.

Physiquement, les kobolds sont la plus petit des races humanoïdes brutales, seulement deux pieds (soixante centimètres) de haut. Couverts d’une fourrure orange hérissée, ils ont une grosse tête (pour faire entrer dedans leur encore plus grande bouche, pleine de dents pointues et aiguisées). Leur bouche est si grande que presque toute leur face en est remplie, laissant peu de place pour deux petits yeux de fouines (et pas de place pour un nez).

Les kobolds prient VOR, le GrosRougeDieuColérique™ ce qui est ma foi compréhensible : vous aussi vous seriez sur les nerfs si vous étiez le dieu des kobolds. La seule chose que VOR déteste plus qu’un kobold est un couard, ce qui explique que les kobolds sont les plus téméraires de toutes les races intelligentes (et nous utilisons ici ce terme avec des pincettes). Ironiquement, le manque absolu et sans fin de sens d’auto-préservation est la seule chose qui pousse les kobolds à avancer – toute autre race aurait fait ses valises il y a un bail, laissé tombé et disparu sous une édition complète de Darwin.

Les kobolds vivent dans des cavernes, vu que l’architecture est bien au-delà de leur cerveau de cacahouète. Pour un kobold, tout trou dans le sol d’une taille raisonnable, près d’une source de nourriture (un village humain) est une « caverne » ; que ce soit une ruine abandonnée, un ancien donjon, ou un parc aquatique ayant fait faillite. Là dans la caverne, le roi des kobolds Roi Torg (grande gloire au Roi Torg !) dirige d’un estomac de fer (bien plus impressionnant pour un kobold qu’une main de fer) depuis le légendaire trône en os de poulet. Roi Torg (grande gloire au Roi Torg !) exige d’une obéissance totale, treize repas par jour, et une bonne histoire avant de se coucher. À part pour les cuisiniers, la plupart des kobolds passent leur temps à chercher (lire, voler) de la nourriture pour la caverne (légumes, fromages, poulets, et le meilleur : des bébés humains bien frais).

* : d’autres sages érudits ont depuis prétendus que Fergulbarq était en fait un kobold – et comme tel un génie et un visionnaire, vu qu’aucun autre kobold depuis l’aube des temps n’a jamais réussi à prononcer « innombrable ».

** : et oui, canins ! Comme des chiens, cela veut dire. Pas reptiliens, ils aboient par Saint Gygax™ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *